Inauguration, baptême, quel mot faut-il utiliser à cette manifestation organisée ce jour à l’école de musique…

Inauguration : cérémonie par laquelle on livre au public un monument nouveau. Cela fait quelques décennies que l’école de musique a pris ses quartiers dans le prolongement de l’école Ferdinand Buisson, donc le terme n’est pas bon.

Baptême : terme fortement connoté à la religion chrétienne, donc mal approprié en la circonstance, puisque le lieu est laïc.

Pour trouver le terme le plus adéquat, reportons-nous à un dictionnaire usuel des synonymes, Le Robert : commencement, ouverture, début, première, sacre, vernissage, consécration, initiation, révélation, aucun de ces mots ne collent à la situation présente.

Seul le terme de dédicace est opportun, puisque ce bâtiment municipal  sera désormais dénommé « école de musique Jean-Michel Schaefer » par une inscription imprimée à l’extérieur du bâtiment, visible de tous. En prime, pour graver l'instant dans le marbre, une plaque commémorative a pris place dans le couloir d'entrée.

 EMMJMS.JPG

Rendre hommage à un homme de culture, qui a été apprécié de tous quand il était en charge des affaires culturelles en la qualité d’adjoint au maire  de Vitry, il n’y a là rien d’anormal.

 

Alors pourquoi ce billet d’humeur ?

 

Non, je ne dénoncerai pas ce choix de couleurs vives pour « égayer les couloirs » car les goûts et les couleurs ne se discutent pas. (Ne déréglez pas vos écrans, ce sont bien les couleurs !)

EMM3.JPGEMM4.JPG

Non je ne dénoncerai pas le choix contestable de la pose de moquette en guise de revêtement de sol pour certaines salles de musique. Il y avait peut-être d’autres moyens et pas plus onéreux pour apporter une meilleure isolation phonique et une meilleure acoustique des salles. Pour les enfants allergiques aux acariens et à la poussière, s’abstenir. Bon courage pour les personnes chargées de l’entretien, à moins d’obliger les gens à se déchausser avant de rentrer dans ces salles...

 

Non, je veux simplement dénoncer une fois de plus le sacrifice du bon sens et de la rigueur au profit de la communication pour se mettre en avant une fois de plus. Comment peut-on admettre de faire une cérémonie, qu’importe le nom que l’on veut bien lui prêter, qu’importe l’occasion à commémorer, alors que les travaux ne sont pas achevés. J’en veux pour preuve cette photographie prise au rez-de-chaussée.

EMM2.JPG

Il est vrai que beaucoup d'oeuvres musicales sont inachevées et en tirent leur réputation comme la symphonie n°8 en Si mineur de F.Schubert. Sauf que là nous ne sommes pas en face d'un chef-d'oeuvre.

 

Certes il y a eu beaucoup de retard pour la réception des travaux (problème de dimensions de fenêtres, problèmes d’isolation, et autres déboires…), mais pourquoi ne pas avoir décalé cet événement pour le faire coïncider avec la date de rentrée en septembre. Ce report aurait donné un peu plus de temps pour finir le rajeunissement des locaux, temps aussi pour refaire un parking digne de ce nom, et pourquoi pas revoir les modalités d’accès, car aux heures de pointes, il faut jouer des coudes et du rétroviseur pour rentrer ou sortir de l’école de musique.

 

Pourquoi une telle précipitation ? Trou dans l’agenda en juillet avant les vacances, planning surbooké en septembre,intégrer quelques photographies dans le bulletin municipal qui ne devrait pas tarder à sortir… Une fois de plus on nous offre une belle improvisation dans l'organisation d'un événement, normal me direz-vous le lieu s’y prête. J’y mettrai un bémol (pour rester dans le ton) car l’improvisation n’est que la somme d’un travail acharné, et là nous sommes loin du compte. Le génie du musicien c’est au moment de son improvisation faire oublier tout son travail en amont et laisser libre cours à son talent.

Dans le cas qui nous concerne, quelqu’un (qui ?) n’a justement pas fait son travail, nous sommes bien loin de l'improvisation musicale, nous sommes face à un manque de conscience professionnelle ou de l'amateurisme, à un manque de courage ou du je-m’en-foutisme, cela devient hélas de plus en plus fréquent parmi nos élus de la majorité municipale.

 

J.HARLE

 

Pour les plus avertis, on peut relever que l'école de musique à sur le panneau extérieur, a perdu son qualificatif de "municipale". Oubli ou lapsus révélateur ? L'idée de transférer la gestion de ce lieu culturel vers les compétences de l'intercommunalité serait-elle dans les cartons de la municipalité ? Affaire à suivre...

Retour à l'accueil